Theme Redline: mon expérience pour un garagiste de Montréal

Je viens de faire un site pour un ami garagiste à Montréal. J’ai utilisé le thème Wordpres de Theme Forest Redline.

Vous pouvez voir le résultat Garage Amine.

Le thème Redline est bien, la formation vidéo qui est incluse avec est bien pratique et suffisante. La gestion du logo pourrait être améliorée.

Idéal pour un petit garage avec un inventaire de 5 à 20 autos. On peut faire un garage plus gros, mais la priorité de sélection du thème devrait être la capacité de connecter la BD des fiches en ligne avec les systèmes d’informations interne et  externe (Kijiji et autres site d’annonces de ce monde).

En effet, après 5 à 20 autos, créer des fiches sur plusieurs sites devient laborieux pour des gars qui aiment plus bidouiller une transmission que faire de l’itération de texte sur ordinateur.

Autre défaut pour ce projet du thème Redline, je n’ai pas trouvé de traduction française pour le thème Redline ou un plugins pour le traduire rapidement. J’ai donc laissé plusieurs libellés en anglais avec l’accord du client. Une fois que le site aura fait ses preuves, on avisera pour investir sur la traduction.

Le côté obscur de l’anti-publicité?

Un bel exemple de l’exploitation de la publicité pour faire pressions sur les annonceurs pour changer de position.

Je vous gage un succès dans le web 2.0. Donc bien du média gratuit pour Green Peace.

La version GReenpeace qui démare avec 1000 vues.

La version original avec 40 000 000 de vues.

La vie serait-elle sans contraire?

Je viens de lire un passage plus qu’intéressant sur le blogue de Mademoiselle la Fée Cricri.

Une belle réflexion. Je me permets de la citer.

… généralement chaque mot a son opposé, son équilibre. Un côté positif comme un côté négatif. Un féminin ou un masculin. Un yin ou un yang. Je n’ai jamais trouvé le mot « équilibre » de la vie. Car si on l’examine, l’inspecte, le retourne, le compare, la naissance est le contraire de la mort. Et non pas la vie. La vie serait-elle sans contraire?

Bonne réflexion!!!

Ma fille de 13 mois est une directrice de publicité dans l’âme.

  1. Elle change d’humeur en 2 secondes dès que quelque chose ne lui plait pas.
  2. Elle porte du linge pour être cute.
  3. Dans une salle, elle obtient l’attention de tous
  4. Elle s’improvise directrice artistique avec ses barbots.
  5. Elle adore parler au téléphone
  6. Elle ne respecte jamais mon plan de Mach
  7. Elle est capable de te garrocher quelque chose aux visages.
  8. Elle adore aller au restaurant.
  9. Quand elle fait une gaffe, elle ne s’en rend pas compte.
  10. Elle est capable de déchirer une maquette sans l’avoir vu
  11. Son activité préféré:écouter de la musique en tournant les pages de magazines.
  12. Elle affectionne les bijoux voyants!
  13. Sa peau et ses cheveux demandent énormément d’attention.
  14. Elle ne fait pas de brief.
  15. Ses objectifs et ses attentes ne sont pas clairs.
  16. On se met souvent à plusieurs pour la deviner.
  17. Caprices ou besoins, il y a souvent confusion.
  18. Elle a une garde-robe disproportionnée pour ses besoins.
  19. Elle veut que tu t’occupes d’elle MAINTENANT
  20. Tout le monde lui fait la bise et est gentil avec elle.

Remplir un captcha une forme de bénévolat?

reCAPTCHA est un système mettant à profit les capacités de reconnaissance des utilisateurs humains mobilisées par les tests Captcha, pour améliorer par la même occasion le processus de numérisation de livres, là où échouent les systèmes de reconnaissance optique de caractères (OCR).

Un exemple de reCAPTCHA : les mots à reconnaître sont « following » et « finding ».
L’idée est de rendre utile une tâche qui peut sembler rébarbative. La technique tient du crowdsourcing.

Concrètement, par rapport à un processus habituel d’authentification par Captcha, ce ne sont pas un mais deux mots qui sont présentés à l’utilisateur. L’un d’eux est un Captcha habituel, dont la solution est par conséquent connue de manière certaine ; seul l’autre est issu de la numérisation d’un livre : c’est celui dont la solution est incertaine voire inconnue et que l’utilisateur va aider à résoudre.

Le système part du principe que si les utilisateurs résolvent correctement le Captcha habituel, alors ils ont aussi déchiffré correctement le mot inconnu. Néanmoins, un mot n’est considéré comme vraiment reconnu que si plusieurs utilisateurs l’ont vérifié en obtenant le même résultat.

Les mots à reconnaître sont issus de numérisations opérées par Internet Archive sur des ouvrages anciens appartenant au domaine public. Ils sont fournis lors des requêtes par le site Web du projet reCAPTCHA, issu du projet CAPTCHA originel, tous deux mis en place par l’école d’informatique de l’Université Carnegie Mellon, dans la ville américaine de Pittsburgh. Ceci est réalisé au moyen d’une API écrite en JavaScript, dans laquelle le serveur rappelle reCAPTCHA après que la requête a été soumise. Le projet reCAPTCHA propose desbibliothèques pour différents langages de programmation afin de faciliter le processus. Le service est gratuit, à l’exception des utilisateurs qui auraient besoin d’une bande passante trop élevée.

Le but de reCAPTCHA est le même que celui poursuivi par Distributed Proofreaders, un autre projet visant également à valider l’OCR par des opérateurs humains, mais de manière conventionnelle, sans avoir recours aux Captchas.

http://fr.wikipedia.org/wiki/ReCAPTCHA